Gros plan: Jess Bandit

février 29, 2012

 
Jess Bandit fait figure de proue à MTLRD depuis le tout début. Elle a été capitaine des Filles du Roi, elle est présentement co-capitaine des New Skids On The Block, elle a été présidente de la ligue de 2008 à 2010 et elle fait toujours partie du conseil d’administration en tant que représentante des Skids. Par dessus tout, c’est une leader née, en plus d’être joueuse de derby incomparable. Elle est le premier « gros plan » de mtlrollerderby.com.
 
Comment as-tu trouvé ton nom?
Mon prénom est Jess, mon surnom est « Bandit »…. Dans un élan de créativité j’ai mis les deux ensemble haha.
 
Pourquoi le numéro -8?
Mon chiffre favori est le 8 mais je le trouvais un peu fade, donc j’ai ajouté le signe négatif.
 
Comment as-tu entendu parler du roller derby et qu’est-ce-qui t’as décidé de participer?
J’ai travaillé avec Georgia W Tush pour une semaine dans un programme universitaire d’été, c’était au moment où elle fondait MTLRD. Je n’ai pas participé instantanément parce que je ne comprenais pas son explication sur ce qu’était le roller derby, haha! Mais elle est revenue à la charge à l’automne et j’ai décidé d’essayer. Je me disais que ca serait plaisant et j’avais envie de quelque chose de nouveau.
 
Quels autres sports pratiquais-tu avant le derby?
Je n’étais pas vraiment sportive avant le roller derby. J’ai pris un cours de jazz-exercise à sept ans, haha! J’ai aussi joué à la balle molle trois ans avant le secondaire, mais une fois au secondaire, je n’ai fait aucune activité sportive avant le roller derby en 2006.
 
Quelle est la position que tu préfères? 
Pivot.
 
Penses-tu que la jammeuse est vraiment la joueuse la plus importante?
Je crois fermement qu’aucune position n’est plus importante qu’une autre. Les jammeuses et les bloqueuses doivent collaborer étroitement pour maximiser chaque jam. On gagne en équipe et on perd en équipe.
 
Quel est ton équipement de choix?
#1: mon casque de hockey Easton! Patins Riedell, protège-poignets Pro-Tech, protège-genoux 187, protège-coudes Triple8. Merci Neon Skates!
 
Quel est ton meilleur souvenir de derby?
Il y en a tellement! Jouer aux Championnats de l’Est, jouer la première partie WFTDA internationale, jouer à Londres au premier tournoi WFTDA hors du continent américain. Je pense aussi que de jouer pour l’équipe du Canada en décembre dernier fut une très belle expérience, spécialement quand on est sorties sur le thème de « La soirée du hockey » et que les fans criaient.
 
Et le pire?
 Il y a des matchs qui ne se déroulent pas si bien en équipe, ou personnellement, mais on doit apprendre de ces expériences. La pire chose à faire est rester négative et jouer de cette façon. Le mental et la préparation sont très importants dans ce sport.
 
Comment se fait-il que tu n’ais jamais souffert de blessures majeures?  Quel est ton secret?
A part la commotion cérébrale à ma toute première partie, rien. J’écoute mon corps. Si quelque chose ne va pas, j’arrête et je vois le médecin. J’aime mieux arrêter 2 ou 3 semaines pour quelque chose de mineur que de me pousser à continuer et de me blesser sérieusement, j’ai vu ça trop de fois.
 
Tu étudies en éducation physique, penses-tu que tes méthodes d’enseignement t’aident dans ton rôle de co-capitaine et d’entraineur pour MTLRD?
Les cours de psycho m’aident énormément! Haha! Dans tous mes cours jusqu’à date, il y a des éléments que je peux utiliser pour l’entrainement de derby ou pour préparer mon équipe en vue d’un un match. On couvre l’anatomie, la psychologie, l’éducation, la nutrition, etc. La plupart de ce qui s’utilise en classe peut servir à m’améliorer en tant que joueuse et aussi servir à mon équipe.
 
Tu es reconnue pour être un cerveau, un stratège, quelles en sont les raisons à ton avis?
Cerveau? haha! Je sais reconnaître les modèles de répétition et je suis très visuelle. J’aime regarder les équipes et décortiquer ce qu’elles font, pour ensuite l’adapter aux Skids. C’est comme ça que j’ai appris à patiner, bloquer, et jouer. J’observe les excellentes patineuses de MTLRD. Je regarde leur technique et je la sépare en étapes pour mieux la comprendre.
 
Comment te prépares-tu pour un match important?
Cette saison, je me concentre sur l’aspect mental. Je me visualise tous les jours entrain de jouer, de faire du « booty blocking », de prendre l’étoile. Avant chaque entraînement, j’établis des buts et après je juge si je les ai atteint. J’ai aussi une technique de relaxation que j’utilise pour me calmer et me concentrer. Finalement, je reste positive et je m’assure que mes co-équipières le soient aussi, et je m’entraîne fort.
 
Tu as fait partie de l’équipe du Canada pour la Coupe du Monde « Blood & Thunder », parle-nous de cette expérience.
C’était très différent de tous les autres matchs de ma carrière. Le plus gros obstacle était de ne pas connaître mes co-équipières. Avec les Skids, on s’entraîne plusieurs fois par semaine, avec l’Équipe Canada, nous n’avons eu qu’un seul entrainement avec l’équipe entière, le matin de la première partie. Certaines d’entre nous ont pu s’entraîner ensemble mais jamais l’équipe en entier. Le fait que la Coupe du Monde se tenait au Canada fut très important pour nous. On se sentait vraiment portées par la foule. J’ai vraiment aimé l’expérience. J’ai pu jouer avec d’excellentes joueuses canadiennes que je n’avais jamais rencontrées. Beaver fever!
 
Que retiens-tu de cet événement? 
Le roller derby a tellement évolué en tant que sport compétitif, après ce week-end, je pense que ça va évoluer encore plus.
 
En 2010, les joueuses des News Skids ont quitté les équipes locales de MTLRD. Tu étais la capitaine des Filles du Roi, t’ennuies-tu de ne plus jouer sur une équipe locale?
Pour être franche, non. J’ai adoré mes années dans les FDR, mais c’était difficile de jouer pour deux équipes. C’est bien de se concentrer sur une équipe, et je les encourage tout le temps!
 
Qui sont tes héroïnes dans le derby?
Les New Skids on the Block! Il y a tellement d’excellentes joueuses qui sont super, mais Sassy (Oly Rollers) et Joy Collision (Charm City) sont mes deux favorites.
 
Les New Skids ont toute une réputation dans le monde du derby et tu en fais partie depuis le début. A quoi cela est-il du à ton avis?
Je pense que c’est notre énergie. Nous sommes fières, nous sommes compétitives, gentilles, polies, et par dessus tout, on aime s’amuser. En plus, on est amies en dehors du derby aussi. Je pense que les gens sentent notre esprit de famille.
 
Si tu pouvais changer une chose du derby, quelle serait-elle? 
L’image que le sport est une pagaille, et que toutes les joueuses ont une « personnalité » ou un alter ego sur la piste.
 
Quelle chanson te représente? 
Ca dépend de mon humeur. Peut-etre un mélange du thème de Delta Force, Disco Inferno des Trammps, X Gon’Give It To Ya de DMX, et Rockin’ Robin de Bobby Day.
 
Souhaites-tu adresser quelques remerciements?
À Rev, qui me supporte et qui me pousse à être meilleure, à mon père qui est fier de moi et qui trouve que ce que je fais est bien, à Tush pour m’avoir présenté le sport, et aux Skids parce qu’elles sont super et elles me poussent au-delà de moi-même. Finalement, merci à Chuck Norris.
 
Que vois-tu dans le futur du derby?
Je nous vois jouer à guichet fermé au Centre Bell. On sera alors vues comme des athlètes de sport de contact, professionnelles.