Historique

Fondée en 2006 par Georgia W. Tush, Montréal Roller Derby (MTLRD) devint la toute première « Flat track » ligue de Roller Derby nord-américaine. Aujourd’hui, MTLRD compte trois équipes locales et deux équipes de voyages.

Organisme à but non lucratif reconnu, MTLRD est le fruit du travail de ses membres, qui tous, travaillent bénévolement. Au sein de la ligue nous retrouvons donc : les joueuses, les arbitres, les entraîneurs, les annonceurs et les volontaires. La règle d’or est simple, ici c’est : « par les joueuses et pour les joueuses ». D’ailleurs, toutes les sommes récoltées lors des matchs à domicile, que ce soit par la vente de billets, de marchandise ou des consommations, de même que lors d’événements spéciaux, sont réinvesties dans l’organisation des prochains matchs, la location de l’espace pour l’entraînement ainsi que pour le financement des matchs à l’extérieur.

En janvier 2009, MTLRD intègre la « Women’s Flat Track Derby Association » (WFTDA), devenant ainsi la première ligue non-américaine à se joindre à cette organisation. La WFTDA, également organisme à but non lucratif, regroupe, à ce jour, 301 ligues (et 92 apprentis) provenant de pays de l’Amérique du Nord, de l’Amérique du Sud, de l’Europe, de l’Asie (Japon), ainsi que l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud.

Les équipes de MTLRD

D’abord, il eut, en 2006, Les Contrabanditas. Cette équipe faite de rouge et de noir, crachant feu et sang sur ses adversaires, fut celle de la fondatrice de la ligue. Les Contrabanditas, ou « Ditas » pour leurs fans, remportèrent les championnats des saisons de 2011 et de 2012. Attachez vos tuques, car le feu qui brule en elles couve depuis trop longtemps. Leur revanche sera à leur image, intense et spectaculaire!

Ensuite, il eut Les Filles du Roi. Également fondée en 2006, cette bande de filles drapées de mauve et or, ensorcelle ses fans et fait vibrer les murs de l’aréna par leurs cris déchainés qui scandent : « FDR! FDR! FDR! FDR! ». Championnes en 2007 et 2010, sans oublier 2009, qui fut marquée par une saison sans aucune défaite à domicile, les FDR, reviendrons en force et feront briller à nouveau le mauve et or!

Finalement, il eut La Racaille. Ce groupe de rebelles se forma en mars 2007. Se revêtant de vert et argent, elles vinrent semer la pagaille à Montréal et remportèrent le championnat de 2008. Échevelée et un peu maganée, La Racaille, repris son souffle et effectua un retour marqué par ses victoires des championnats de 2013 et de 2014. Bien installées sur le trône de la gloire, leurs têtes sont désormais mises à prix!

Il ne faudrait surtout pas oublier de mentionner les deux équipes « All Stars » de la ligue : les Sexpos de Montréal et les New Skids On The Block. Ces deux équipes de voyage, font briller le Roller Derby de Montréal au niveau international.

D’abord, il y a les Sexpos, l’équipe B, composée d’un amalgame de joueuses des trois équipes locales. Mais, alors qu’elles étaient quelques minutes auparavant les pires ennemis en ville, une fois leurs uniformes des Sexpos enfilés, les filles enterrent la hache de guerre pour devenir une équipe du tonnerre. Le bleu, blanc et rouge de MTLRD enchaîne ainsi les victoires. Attention, les Sexpos de Montréal frappent et roulent!

Et pour finir en force, il y a les New Skids On The Block, l’équipe A. Une renommée internationale, des sportives de talent, les NSOTB représentent fièrement Montréal, et ce, à travers le monde. D’ailleurs, en septembre 2010, elles sont devenues la première équipe hors États-Unis à jouer lors des séries éliminatoires de la WFTDA. Et depuis, leur gloire ne s’est pas ternie. L’équipe compte en plus des joueuses qui ont endossé les couleurs du Canada et de la France lors de la récente coupe du monde de Roller Derby au Texas. Grâce à elles, le fluo est revenu plus fort que jamais à Montréal. Merci NSOTB!